Alcinéa Cavalcante

Liberdade de expressão!
Macapá - Amapá

Dia: 29 de dezembro de 2011

Pour le Brésil, “la Guyane ne compte pas”

Postado por: Alcinéa Cavalcante em 29/12/11 as 2:37 pm

Do jornal France-Guyane

« Le véritable potentiel du pays est surévalué »
Propos recueillis par Thomas FETROT / France-Guyane / 28.12.2011

Gérard Police, Docteur en civilisation brésilienne et maître de conférences à l’Université des Antilles-Guyane, évoque la nouvelle qualification du Brésil, qui devient la 6e puissance économique mondiale.

Le Brésil est devenu la 6e puissance économique mondiale. Il continue pourtant d’être qualifié de pays émergent. Cette appellation est-elle encore justifiée ?
Le Brésil, comme la Chine, l’Inde, la Russie ou l’Afrique du sud sont tous des pays émergents, à leur manière. Il existe encore de grands contrastes au Brésil, de grandes poches de sous-développement. Il y a des choses qui ne fonctionnent pas du tout. Le pays commence à se faire connaître. Il jouit d’une reconnaissance diplomatique qui est le signe d’un placement économique. Mais le Brésil est encore très loin derrière la Russie ou l’Inde. On peut s’interroger sur la capacité du Brésil à passer d’un statut d’émergent à celui d’un pays qui peut discuter avec les grandes puissances. Pour l’instant, c’est un pays à fort potentiel. Mais on ne sait pas à quelle échéance il va le concrétiser. Celui qui est mis en avant surévalue le véritable potentiel du pays. Car il n’a aucune chance de concurrencer la Russie, la Chine ou l’Inde. C’est un pays émergent moyen.

Le Brésil ne souffre-t-il pas d’une répartition inéquitable des richesses sur son territoire ?
Il existe en effet des inégalités énormes, ahurissantes. Les grands États du sud sont très développés, comme São Paulo qui est l’équivalent d’un pays européen développé comme le Portugal ou l’Espagne. Mais quand on remonte vers le nord, on trouve des États arriérés, isolés. C’est ce contraste qui fait que l’on peut considérer le Brésil comme un ensemble à développer. Car, avec le système actuel, l’écart continue de se creuser. Et les inégalités sont partout.

Dans quelle mesure la montée en puissance du Brésil peut-elle modifier les rapports avec la Guyane ?
Je ne crois pas que ces deux facteurs communiquent réellement. À l’échelle du Brésil, la Guyane ne compte pas. Le développement du Brésil ne peut pas avoir d’incidence sur ce qu’il se passe en Guyane. Je ne vois pas de grands changements. Plutôt des évolutions par petites touches.
Le seul rapprochement possible sera entre la Guyane et l’Amapá. Mais là aussi, il faudra reconsidérer le fonctionnement économique de la Guyane. Mais le fantasme du produit brésilien qui se vend moins cher en Guyane ne se réalisera pas. Le plus intéressant est sans doute le potentiel d’investissement dans l’Amapá.

L’image du Brésil a-t-elle changé ?
Le pays est perçu de manière de plus en plus sérieuse et crédible. On est sortie de la vieille image samba/football, qui est en train de basculer. Cela dit, au plan européen, ça évolue lentement. On ne parle que peu du Brésil au quotidien dans les médias.
Mais avec plus de sérieux, de rigueur. Et cette image reste positive. Sur tous les plans, le Brésil peut-être considéré comme une valeur relativement sûre. Il a l’image d’un pays qui est apte à recevoir des investisseurs pour le développement.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles se heurte le pays ?
Une situation catastrophique au niveau de l’éducation nationale, qui est restée à l’abandon pendant longtemps. Il est très difficile de remonter la pente. Il existe aussi des lacunes énormes au niveau des infrastructures de transport. Notamment aéroportuaires, qui sont déplorables. Là aussi, il existe un contraste très fort entre le réseau routier au Sud, très dense, et celui du Nord.
Enfin, la corruption de la classe politique cause un préjudice énorme et a une grande influence sur l’absence de développement de certains États. Globalement, le principal handicap du Brésil provient du non-respect du citoyen et d’une conception prédatrice du pouvoir.

Vestibular – sai o listão da Unifap

Postado por: Alcinéa Cavalcante em 29/12/11 as 1:51 pm

Carreatas, foguetes, banho de ovos com trigo e muita alegria nos quatro cantos da cidade. São os novos calouros e seus familiares e professores festejando a aprovação no concorrido vestibular da Universidade Federal do Amapá -Unifap.
Para conferir o listão clique aqui

Quem tiver fotos das festas, comemorações, trotes e quiser compartilhar  pode mandar pro e-mail alcinea.c@gmail.com  que a gente posta aqui no blog.

Feliz aniversário, meu amor!

Postado por: Alcinéa Cavalcante em 29/12/11 as 10:26 am

Hoje é dia de celebrar a vida. É aniversário do meu amor Soeiro – com quem sou casada há mais de 30 anos. Para ele todo meu carinho, paparicos, amor e atenção nesta quinta-feira de sol bochechudo quando ele completa mais um ano de vida. Agradeço a ele por tantos anos de companheirismo, amor e felicidade. Agradeço a Deus pela graça de festejarmos juntos mais um aniversário, com saúde, alegria e paz.
Te amo!

Funcionário aposentado do Banco do Brasil, uma das coisas que Soeiro mais gosta – além de curtir a família – é uma boa pescaria

Soeiro e o nosso filho Márcio